Régionale 2

La Régionale 2 des capitaines Natacha et Benjamin

Joueurs (de gauche à droite, du fond vers la 1ère ligne) : Enzo, Sylvain, Maxime, Benjamin / Natacha, Julie G, Anaïs, Mathieu + Julie B

 

*RESULTATS*

JOURNEE 1 :Victoires du NUC 8-0 contre Avignon et 7-1 contre Pernes

Un « résumé » façon Val, par Ben.

Il est l’heure de partir en Avignon pour un premier convoi composé de Julie Gillet, Mat Pirotais, Enzo et sa môman Mumu, et votre narrateur de ce weekend de rêve. Aussitôt arrivé nous nous baladons dans Avignon et nos pas nous guiderons, par le plus grand des hasards, à une brasserie que j’affectionne particulièrement : L’Explo. Julie, Enzo et moi sommes assoiffés par notre randonnée urbaine et décidons de nous y arrêter tandis que Mat et Mumu souhaitent contempler le Palais des Papes et le fameux pont où l’on y danse tous en rond. Pendant ce temps, le second convoi est en route. Il est constitué d’Ananas Bonnard, Nat Ouais Ouais, Max la Paresse et du président de tous les Français qui jouent au bad, dans la ville de Nice, dans un club moelleux. Nous nous retrouvons pour manger à l’Offset qui nous a été recommandé par l’Explo. L’accueil est chaleureux, la nourriture délicieuse et la musique live accompagne tout notre repas. Les planètes commencent déjà à s’aligner pour notre weekend parfait. Une bonne nuit de sommeil (sauf pour ceux qui ont des crampes et se sentent obligés d’en informer leur compagnon de chambrée) et nous serons fins prêts pour en découdre avec nos adversaires le lendemain.

 

Première rencontre AVIGNON :

Une équipe contre laquelle nous sommes censés être favoris sur le papier mais nous connaissons Michael Scott et nous nous méfions des vendeurs de papiers. Nous nous fierons à la réalité des terrains.

C’est les simples 1 qui ont l’honneur de débuter.

*Nat affronte une joueuse mieux classée qu’elle mais ça ne lui fait pas peur et elle aura réponse à tout, victoire 21-17 / 21-18.

*Enzo a une revanche à prendre contre son adversaire du jour Mateo Boix auteur d’une remontada barcelonaise lors du dernier TRJ Elite, à moins que ce ne soit Enzo qui ait été victime d’une dégringolada parisienne

Toujours est-il que les incantations venues d’Inde fonctionnent. Sur un match serré, Enzo parvient à boucler les deux sets en tête, victoire 21-17 / 21-19.

*C’est au tour du double dames pour un match qui se veut serré sur le papier mais on vous avez bien dit de ne jamais faire confiance à Michael Scott. Victoire sans appel d’Ananas et de Julie 21-14 / 21-11.

*Avec Max la Paresse nous tenterons de faire aussi bien que les filles, mais Max roupille encore un peu sur le premier set. On évite de justesse le match en trois sets, victoire 24-22 / 21-12. 4-0 déjà, nous faisons mieux que la France face au Brésil en 98, nous ne pouvons plus perdre et nous entendons déjà les klaxons raisonner dans la rue NUC NUC NUUUUUC !!!

*Mat Pirotais s’élance sérieux et concentré sur un match dicté par la luminosité du gymnase. Mat n’aime pas perdre et se concentre uniquement sur son acuité visuelle dans le troisième, victoire 21-6 11-21 21-17.

*Julie n’est pas des plus sereine avant d’entamer son simple, ce n’est pas sa discipline préférée même si son coach n’arrête pas de lui répéter qu’elle a un jeu taillé pour. Premiers échanges, et premiers “aller Julie” pour l’encourager… et son adversaire Julie aussi. Pas de soucis changement de tactique : “aller Gillet” son adversaire ne pourra plus le prendre pour elle. Les problèmes de reprise d’appuis du premier set réglés et un coaching calibré transformeront une Julie timorée en Gillet le rouleau compresseur, victoire 20-22 / 21-11 / 21-5.

*C’est au tour des mixtes de surfer sur cette excellente dynamique. Sylvain et Anaïs maîtrisent leur premier set pour se faire peur dans le second mais l’emportent 21-14 / 23-21.

*Max et Nat Ouais Ouais semblent avoir un peu plus le goût du risque et, après un premier set remporté facilement, se laissent embarquer dans un troisième set. Max et Nat flippent d’être les seuls à perdre un match sur cette rencontre et peinent à conclure. Ils parviendront à dompter leurs nerfs sur le fil, victoire 21-11 / 17-21 / 21-19.

8-0 score parfait, on ne pouvait rêver mieux pour entamer la saison.

 

Deuxième rencontre PERNES :

On déjeune à l’extérieur du gymnase sous le soleil d’Avignon. La victoire est aussi savoureuse que la buvette concoctée par le club d’Avignon. Nous en profitons pour parler compo pour la deuxième rencontre. Le débat est vite clos : quand on gagne 8-0, aucune raison de changer de tactique.

*Comme les trentenaires préfèrent prendre leur temps pour digérer, notre nouvelle recrue Enzo l’ado qui digère aussi rapidement qu’il récupère sera le premier à s’élancer sur les terrains. Il affronte un autre “jeune” mieux classé que lui. Même pas peur ! Enzo le laisse sans solution et profite de la moindre opportunité. Son adversaire frustré perd le match et une raquette sur le score sans appel de 21-13 / 21-11.

*Natacha se mesure à une adversaire de classement équivalent et, nous allons le découvrir, de style de jeu équivalent aussi. Cette opposition en miroir donnera lieu à un match épique et somptueux. Les deux adversaires se rendent coup pour coup, les échanges sont construits, disputés et la dimension physique de ce match est palpable jusque chez les spectateurs. De par son métier, notre prof de sport favorite est un peu plus affutée que son adversaire du jour et parvient à l’emporter sur le fil 13-21 / 21-19 / 21-19. Une victoire capitale qui pouvait basculer d’un côté comme de l’autre mais on préfère que ce soit du notre

*Gillet redevenue Julie et Ananas se cherchent mais ne se trouvent pas sur leur deuxième double. Elles cherchent aussi la faille chez leurs adversaires et pensent que la faiblesse viendra de la plus âgée des deux joueuses. Grave erreur, Lucas leur avait pourtant dit : “les vieux sont l’avenir du bad !”. Séisme dans le gymnase, la R2 du NUC vient de perdre son premier match en un an

*Pas le temps de se morfondre, Max a fini de roupiller et ses terreurs nocturnes pour de sombres histoires de crampes sont derrière lui. Nous lisons bien le jeu rapide de nos adversaires et profitons de l’espace qu’ils nous laissent au filet, victoire 21-13 / 21-9.

*Mat aborde son deuxième match de la journée contre un adversaire qu’il a déjà joué et battu avec une humilité dont nos jeunes devraient s’inspirer. Concentré et accrocheur du premier au dernier point, Mat remporte son duel 21-13 / 21-14. Deux matchs qui nous permettent de rapidement retrouver la confiance.

*Julie affronte pour le SD2 la plus jeune de ses adversaires du DD. Il faut la booster pour qu’elle se transforme de nouveau en Gillet le rouleau compresseur. Cette fois-ci, il ne lui faudra pas un set pour se transformer en super guerrière et remporte son match 21-16 / 21-14. Avec cette victoire, nous faisons au moins aussi bien qu'Antibes qui avait battu l’équipe de Pernes 5-3 le matin. A nos mixtes de prouver que l’on peut faire encore mieux que cette équipe qui se plait, saison après saison, à nous battre à l’aller et au retour !

*Max la Paresse et Nat Ouais Ouais commencent à trouver des automatismes et remportent facilement leur match 21-16 / 21-10.

*C’est au tour du président de tous les français niçois et badistes et son Ananas préféré d’en faire de même. Une victoire “presque” aussi large 22-20 / 22-20 qui nous vaudra des célébrations rageuses et à la fois moelleuses de Sylvain qui se verra affublé par Mat et Julie d’un nouveau classement en mixte. Suite à ce match, il serait devenu non plus R5 mais Rsex.

 

On célèbre cette victoire qui nous ravi autour de la buvette avec une mention spéciale aux meringues aux pignons et à notre JA du jour pour sa sympathie et qui me ferait “presque” changer de point de vue sur les personnes portant des polos rouges les weekends :D

Ni la route, ni la fatigue accumulée du weekend ne viendra à bout de l’enthousiasme de la R2 qui décide de se retrouver arrivée à Nice chez Di Piu pour un dernier repas tous ensemble. Une fois les portions gargantuesques ingurgitées, il est finalement temps de rentrer chacun chez soi en se rappelant que, de toutes façons, on se retrouve le weekend d’après à Aix